jeudi 16 mai 2019

Requiem pour un chat d'Olivier Bellamy

Résumé :

La mort d'un animal de compagnie nous bouleverse parfois au-delà de ce que nous aurions pu imaginer. Pourtant c'est encore un sujet tabou, difficile à partager par peur des moqueries, et rare en littérature.
Apprenant la disparition imminente de sa jeune chatte Margot, Olivier Bellamy confie dans ce Requiem ce qu'il a ressenti avec la sensibilité à vif non dénuée d'humour qui lui vaut l'affection de ses nombreux auditeurs.
Dévoilant des blessures anciennes que ce drame a réveillées en lui, et ne se privant pas d'associations inattendues qui font notamment voisiner sa mère et Mozart, il nous livre en confiance le récit d'une authentique et déchirante histoire d'amour.


Avis :

Lorsque nous subissons la perte d'un être qui nous est cher, cela nous bouleverse bien plus qu'on ne peut se l'imaginer. Lorsqu'il s'agit d'un animal que vous avez connu toute votre vie, qui a vécu chez vous durant de longues années, qui était présent à vos côtés dans les bons comme dans les mauvais moments, ça vous laisse un vide béant à la maison mais aussi dans votre cœur.

Le chagrin qui touche les personnes qui ont perdu leur animal de compagnie est terrible et le degré de chagrinitude change selon l'individu. Si c'est un enfant qui perd son animal, il va le vivre encore plus mal qu'un adulte.

Mais dans son livre, Olivier Bellamy va nous raconter dans ce journal de bord, la maladie de Margot, sa chatte. En effet, il a tenu un journal médical très sentimental. Mais ce n'est pas qu'un simple manifeste sur Margot qu'il nous propose, il refait une introspection sur sa vie. Les fantômes de son passé vont réapparaître, tout ça à cause de ou grâce à, Margot.

Ce livre se veut sensible, teinté d'humour où un auteur se livre à ses lecteurs à l'aide d'une plume simple mais efficace. Olivier Bellamy a osé parler d'un tabou en se servant de son chagrin personnel, de la perte de sa chatte.

Tout ça pour vous dire qu'il est rare de trouver des récits où les anthropomorphistes se livrent ainsi...


Note : 7/10


Nombre de pages : 233


Je remercie Mon poche pour ce service de presse.

8 commentaires:

  1. Merci de ton avis !

    RépondreSupprimer
  2. Mhooo, ta Funko ma belle 😍 En tout cas, ce roman paraît original et très fort émotionnellement !

    RépondreSupprimer
  3. Oh oui, la perte d'un animal est vraiment une tragédie quand on aime les animaux.

    RépondreSupprimer
  4. Merci pour ton retour et pour la découverte. Néanmoins, je ne pense pas me laisser tenter

    RépondreSupprimer

Bonjour,

Merci de votre visite sur le blog et de m'avoir laissé un petit mot.

A bientôt !