mercredi 10 janvier 2018

Le lilas ne refleurit qu'après un hiver rigoureux de Martha Hall Kelly

Résumé :

A New-York, Caroline Ferriday travaille au consulat français. Mais lorsque les armées hitlériennes envahissent la Pologne en septembre 1939, c'est tout son quotidien qui va être bouleversé.
De l'autre côté de l'océan, Kasia Kuzmerick, une adolescente polonaise, renonce à son enfance pour rejoindre la Résistance. Mais la moindre erreur peut être fatale.
Quand à l'ambitieuse Herta Oberheuser, médecin allemand, la proposition que lui fait le gouvernement SS va lui permettre de montrer enfin toutes ses capacités. Mais une fois embauchée, elle va se retrouver sous la domination des hommes...
Les vies de ces trois femmes seront liées à jamais lorsque Kasia est envoyée à Ravensbrück, le tristement célèbre camp de concentration pour femmes.
A travers les continents, de New-York à Paris, de l'Allemagne à la Pologne, Caroline et Kasia vont tout tenter pour que l'Histoire n'oublie jamais les atrocités commises.


Avis :

Trois femmes.

Trois vies.

Trois destins qui seront amenés à se croiser.

Caroline vit à New-York où elle travaille pour l'ambassade française. Elle envoie des colis aux orphelins français jusqu'au jour où de l'autre côté de l'océan, la guerre éclate. Caroline va essayer d'agir au mieux, de ce qui lui semble juste. Elle va essayer d'avancer dans la vie, quitte à ce que cela fasse mal. Caroline est une femme franche, honnête mais aussi timide et douce. Elle a le cœur sur la main ; elle donne de son temps, elle donne de son argent pour aider les autres. C'est un personnage fort attachant pour lequel on ne peut qu'avoir de la sympathie pour elle.

Kasia est une adolescente polonaise qui perd sa condition d'enfant pour travailler dans la résistance. Elle est un messager. Elle est jeune, c'est une enfant. La moindre erreur pourrait lui être fatale... Cette jeune, très jeune fille va traverser des évènements inimaginables, impensables tant c'est terrible ! Ce dire que des êtres humains ont osé faire subir à d'autres humains ces atrocités est abominable ; c'est la partie du livre qui m'a retourné complètement ! Il faut avouer que l'auteur a fait un remarquable travail à ce niveau parce que parfois j'avais la sensation d'être moi-même au cœur de l'action !

La douleur, la faim, la perte, la peur sont des mots clés dans cette histoire. Le camp de concentration, ces personnes qui subissent ses terribles choses, les survivants qui subsistent tant bien que mal. C'est révoltant, répugnant, agaçant, cela donne envie de monter au créneau et de demander à ces personnes si ça ne leur fait rien de faire souffrir d'innocentes personnes.
Kasia est un personnage fort, elle tient bon, coûte que coûte, je l'admire pour ça ténacité, pour sa force de caractère, pour sa force de vivre.

Herta est un docteur allemand. Le gouvernement SS va lui faire une proposition qu'elle ne pourra refuser. On lui donne l'occasion de montrer ce qu'elle vaut sauf qu'une fois embauchée, elle va vite déchanter ou je vais vite déchanter... En effet, tel un robot, sans âme, sans conscience, Herta va faire subir des atrocités aux prisonnières. Elle se servira d'elles comme de cobayes où elle infligera souffrance, torture pour finir par la mort qui finalement est la délivrance pour ces gens torturés. J'ai eu l'impression qu'Herta était hermétique à tout ce qu'elle faisait, à tout ce qui se passait sous ses yeux. Était-ce un mécanisme d'auto-défense ? Était-ce une façon pour elle de parvenir à ses fins les plus vils ? Quel était son but dans tout ça ?!

Ces trois femmes sont différentes des unes des autres, on les admire pour ceux qu'elles font, pour ceux qu'elles sont oui mais à l'exception d'une qui sur le dictât des hommes sera le pantin de ces personnes sans se soucier de si ce qu'elle fait est bien ou mal alors qu'en réalité, c'est bien pire que ça, c'est atroce !

Nous naviguons en eaux troubles à travers ces pages, à travers ces chapitres qui sont alternés entre ces trois femmes. Elles ne nous laissent pas indifférentes, elles nous touchent en plein cœur grâce à la puissances mots. Les mots sont forts, les mots sont bruts, les mots sont durs mais sont aussi doux et peuvent décrire le meilleur de nous.

N'ayez pas peur de la taille de ce livre, de ces pages envoûtantes où l'auteur a su mener une intrigue forte et d'une main de maître incroyable. Son récit est riche en rebondissements, Martha Hall Kelly nous réserve de belles surprises parce que oui, il y a des moments joyeux qui nous sont décrits mais aussi les pires avec ces atrocités.

La plume de l'auteur est incroyable ! J'ai eu l'impression d'être dans le livre, de faire partie intégrante de cette histoire, je me suis sentie bien plus que lectrice, spectatrice ; cela m'a même effrayé par moments tant j'ai été absorbé par ce récit fort.

J'ai été touché par Kasia, par cette enfant qui devient femme bien malgré elle. On lui a volé son enfance, on lui a volé sa vie sans aucune commune mesure. J'ai beaucoup aimé Caroline qui est un personnage incroyablement bon et qui nous redonne foi dans le genre humain.

La période que nous dépeint l'auteur est emplie d'horreurs, on ne va pas se leurrer mais heureusement que le récit ne tourne pas que pendant la période de la guerre parce que Martha Hall Kelly nous montre un après-guerre où l'espoir fait vivre.

Tout ça pour vous dire que malgré le thème abordé, la période dans laquelle nous nous trouvons, Martha Hall Kelly nous offre une histoire où les personnages sont la clé d'un récit fort, tortueux. L'alternance des points de vue est un point fort important, cela immerge totalement le lecteur dans ce récit qui nous prend aux tripes.

Ne vous laissez pas effrayer par la taille de ce bébé, par le poids de ce bébé, tout est à l'intérieur et Martha Hall Kelly a bien œuvré, il ne vous reste plus qu'à vous laisser porter par ces pages d'histoires...


Note : 9/10


Je remercie les éditions Charleston pour ce service de presse.

17 commentaires:

  1. Ce roman semble très difficile... ça a vraiment du te prendre aux tripes. Comme tu dis, je me laisserai bien porter. Surtout que ça a l'air très bien mené.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne te le fais pas dire Amélia, vraiment oui, tu as le cœur serré, le ventre noué et tu poursuis ta lecture parce que tu as envie de savoir, tu as envie de connaître les réponses à tes questions.
      Très bien mené, si tu le lis, j'aimerai bien avoir ton retour :)

      Supprimer
  2. Ah, je ne vois que de très beaux avis concernant ce roman et je dois bien dire qu'il me fait de plus en plus envie !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors tu n'as plus aucune raison pour ne pas te laisser tenter ma belle !

      Supprimer
  3. c'est un roman qui pourrait beaucoup plaire à ma mère celui-là, je le note

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère qu'elle l'appréciera autant que moi.

      Supprimer
  4. en général, les livres avec des titres comme celui-ci sont bons...

    il me plait bien celui ci, je dois l'avouer...

    je l'ai noté du coup!

    RépondreSupprimer
  5. Malgré ton avis, je ne suis pas spécialement tentée par cette lecture.

    RépondreSupprimer
  6. Il me fait à la fois peur et envie, merci de ta belle chronique

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est avec plaisir ! J'espère que tu te laisseras tenter par ce titre Lilitote

      Supprimer
  7. Ce sont des thèmes forts que tu nous proposes une fois encore avec ce titre. Je ne suis pas tentée par ce livre. Ce qui est arrivé à ses personnes est terrible, l'apprendre à l'école est une chose mais le lire dans un roman en est une autre, je suis désolée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il n'y a pas de soucis, je respecte totalement ton choix.

      Supprimer
  8. Pas assez contemporain pour moi mais comme on dit, il en faut pour tous les goûts hein !!!

    RépondreSupprimer