mercredi 20 octobre 2021

La Belle Créole d'Isabelle Artiges

Les lectures de la Diablotine

Bonjour tout le monde,

J'espère que vous allez bien ! Je suis heureuse de pouvoir vous présenter aujourd'hui un roman d'Isabelle Artiges que j'avais découverte avec "Les petits mouchoirs de Cholet" et que j'avais énormément aimé. Je ne vais pas vous torturer plus longtemps, ce titre ne fait pas exception à la règle, j'ai passé un bon moment livresque en compagnie des personnages d'Isabelle Artiges.

Voici le résumé du livre :

Rose-Gabrielle naît en 1757, à Cayenne. Envoyée dès l'âge de 8 ans dans un couvent à Toulouse, elle va vivre dix années loin de sa terre natale, des siens, et surtout de l'affection de Solitude, l'esclave qui l'a élevée et choyée.
A son retour en Guyane, son père s'est remarié, a eu d'autres enfants, et l'avenir de Rose-Gabrielle semble avoir été tout tracé : elle doit épouser un homme qu'elle n'a pas choisi. Pourtant, Rose-Gabrielle va mettre un point d'honneur à diriger elle-même l'exploitation dont son mari, souvent absent, lui laisse les rênes. C'est un combat de tous les jours qu'elle doit mener pour asseoir son autorité et faire accepter ses idées. Sa force, elle la puise dans le véritable amour qu'elle voue à Alexandre de Sérigny, un jeune scientifique qui parcourt le monde.
Alors qu'une agitation grandissante secoue la Guyane, Rose-Gabrielle doit à nouveau quitter la colonie, cette fois pour Boston. Pourra-t-elle enfin un jour retrouver ses racines et goûter à une vie paisible aux côtés de l'homme qu'elle aime ?


Voici mon avis sur le livre :

Rose-Gabrielle est née à Cayenne, en Guyane. Elle a perdu sa maman à la naissance. A ses 8 ans, son père l'a envoyé dans un couvent à Toulouse afin qu'elle reçoive une éducation digne d'une jeune fille de bonne famille. C'est le cœur lourd qu'elle quitte son pays de naissance, les siens mais surtout Solitude, cette esclave, fidèle au poste qui s'est occupée d'elle depuis qu'elle est venue au monde.

Dix ans plus tard, elle revient au pays faisant ainsi connaissance avec sa nouvelle famille... En effet, durant son absence, son père s'est remarié et a eu deux nouveaux enfants. Si Rose-Gabrielle était heureuse de revenir parmi les siens, son bonheur sera de courte durée ! En effet, son cher père a décidé que la jeune femme devrait épouser Michel-Ange, le frère de sa belle-mère ! Autant vous dire, que cela n'est pas au goût de la jeune femme qui a déjà donné son cœur à un jeune scientifique qu'elle a rencontré lors de sa traversée en mer, Alexandre de Sérigny. Alors devoir épouser un homme bien plus âgé qu'elle même si il est gentil et laisser ce jeune homme partir n'est pas une idée qui l'emballe plus que ça mais elle finira par accepter d'épouser cet homme, pensant pouvoir retrouver un jour Alexandre qui lui promet de la visiter souvent.

Là voilà mariée, installée dans la propriété de la Petite Cayenne où son époux exploite le coton. Une soixantaine d'esclaves travaille dans cette exploitation. Rose-Gabrielle se sent malheureuse dans sa nouvelle vie et préfère s'investir dans la gestion du domaine sous le regard peu amène de Graval, le régisseur de la propriété. Avec son époux, ils auront trois filles : Alexandrine, Victoire et Rose-Marie. Avec Michel-Ange, c'est un mariage de raison et de tendresse. L'amour, Rose-Gabrielle le trouve dans les bras de son amant, Alexandre lorsqu'il revient en Guyane. Les longues absences de ce dernier sont tempérées par les correspondances qu'ils s'envoient régulièrement. Alexandre parle de la vie en métropole, des changements qui s'opèrent, des révoltes, de la prise de la Bastille etc... Elle mène et une vie bien mouvementée et l'on se demande si Rose-Gabrielle aura le droit au bonheur ?

L'auteur mêle Histoire à son histoire avec brio. C'est d'ailleurs un des point fort de ce récit en plus de son personnage au fort caractère qui n'a pas eu de chance depuis sa naissance.

Rose-Gabrielle est juste et traite ses esclaves du mieux qu'elle peut. Elle veille sur leur santé, elle leur donne des vêtements. Malgré la Déclaration des droits de l'Homme et du citoyen, il faudra attendre 1794 pour que l'abolition de l'esclavage soit décrétée dans les colonies françaises. Rose-Gabrielle fait tout son possible pour aider ses anciens esclaves ; elle leur a préparé un contrat de travail juste, elle leur verse un salaire et leur a donné leur case comme logement.

Rose-Gabrielle est une femme patiente, juste, tenace, courageuse, qui a des convictions et qui entend vivre sa vie comme elle l'entend ! Isabelle Artiges a dessiné le portrait d'une femme libre, courageuse, déterminée qui malgré son abnégation a su mener sa barque dans une époque difficile à vivre.

La plume d'Isabelle Artiges est fluide et très agréable à lire. On ressent tout le travail qu'elle a dû mener en amont pour nous offrir un récit des plus justes et qui colle à l'Histoire. J'ai aimé voyagé au côté de Rose-Gabrielle, ce personnage qui est admirable. Ce récit est riche en rebondissements, on a clairement pas le temps de s'ennuyer, l'auteur sait nous tenir en haleine.

Tout ça pour vous dire que ce roman historique est une petite merveille qui m'a fait penser par moment aux personnages de Margaret Mitchell avec "Autant en emporte le vent". Si vous avez aimé cet ouvrage et ces personnages, ce roman devrait également vous plaire !

 
Ma note :
Les lectures de la Diablotine



8 commentaires:

  1. On connaît peu cette période historique, alors en ce sens, ça pourrait être super sympa à découvrir ma belle !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je suis bien d'accord avec toi, on en voit très peu !

      Supprimer
  2. Une chronique qui donne envie!

    RépondreSupprimer
  3. ça me plairait bien de découvrir cette période par ce livre :)

    RépondreSupprimer
  4. Il me tente bien, sauf si on retrouve un personnage comme celui de Scarlett O'Hara, je n'ai jamais réussi à l'apprécier XD

    RépondreSupprimer

Bonjour,

Merci de votre visite sur le blog et de m'avoir laissé un petit mot.

A bientôt !