mardi 9 février 2016

La Pharmacienne d'Esparbec


Je remercie Stéphane de La Musardine pour ce service de presse !


Résumé :

La Pharmacienne est un roman pornographique « pur et dur », où les métaphores sont bannies, les adjectifs concrets, et les descriptions méticuleuses sans être délayées. En outre, un humour noir assez décapant ne gâte rien à l’affaire. Les tribulations de Bébé, Laura Desjardins, Beau P’ et son cousin Ernest constituent un vaudeville d’un genre nouveau, lubrique et facétieux. Gageons que sa lecture en surprendra plus d’un qui avait, sur ce type de littérature, des préjugés que l’actuelle liberté d’écriture a rendu désuets. 
Romancier prolifique, Esparbec refuse avec horreur d’être considéré comme un auteur érotique ; il se définit comme « pornographe à part entière ». Après avoir écrit près d’une centaine « de bouquins de cul », il a publié en 1998 à la Musardine son premier « vrai roman », un récit autobiographique : Le Pornographe et ses modèles
La Pharmacienne appartient à sa première veine, il s’en est vendu 50 000 exemplaires à ce jour et il fait office de classique de l’érotisme contemporain. 

Édition enrichie de dessins d'Alex Varenne 
Entretien par Christophe Bier 
 
 
Avis :

Je ne vous recommande pas ce livre si vous êtes fragile. Certains termes sont abordés et peuvent heurter la sensibilité de certaines personnes. Ce livre est pour un public averti.

Le ton est donné dès les premières lignes et ce n'est pas pour me déplaire !

Sur les recommandations de l'auteur, j'ai zappé le chapitre 12, et oui, je ne me suis pas sentie assez forte pour le lire même si j'ai eu un débat intérieur avec ma curiosité pendant quelques temps... Ma raison a repris les rênes de mon cerveau et c'est ainsi que je suis passée au chapitre 13.

Hormis le thème de l'inceste, de la sodomie, je trouve que "La pharmacienne" est très très bien écrit ! On a l'impression d'être spectateur de ce qui se passe dans cette maison bourgeoise, présent avec ces personnages qui chacun ont une personnalité type entre Bébé la soumise car oui, elle ne sait pas dire non et fait tout ce qu'on lui demande ! La mère qui s'est dévergondée à cause ou grâce à son nouveau, jeune mari. Le jumeau de Bébé : Bertrand, lui en revanche, il n'est pas dominant comme pourrait le laisser penser l'histoire, je n'irai pas à dire qu'il est soumis également étant donné que je n'ai pas lu le chapitre 12 mais je dirai qu'il est très manipulateur, il arrive à faire tout ce qu'il veut de sa jumelle... Quand à Beau P' et Ernest, ce sont des personnages très fourbe ! L'un est marié avec la bourgeoise pour son confort matériel et également la culbutée comme bon lui semble et l'autre est un ex-taulard venu passer la nuit chez son cousin en tout bien tout honneur... Mais qu'en apparence car ces vieux vices reviennent au galop aussi vite qu'il lui a suffit de passer la porte...

Bertrande alias Bébé et Bertrand, les jumeaux, ils ont des rapports sodomites incestueux. Il force sa sœur à avoir des relations avec ses copains... Mais en fait, Bébé kiffe tailler des pipes, c'est devenue une vraie pro en la matière mais l'ironie de la chose veut qu'elle soit encore vierge, elle se réserve pour une occasion bien spécifique, avec un partenaire bien spécifique...

En lisant "La pharmacienne" vous assisterez à la décadence de cette famille qui fait "propre" en apparence et qui dès la nuit tombée devient un baisodrôme.

Je remercie l'auteur de ne pas avoir terminé son livre, je m'explique ! Il a eut la délicatesse de ne pas pousser le vice trop loin et laisse le lecteur achever lui-même, à sa façon ce qui va se passer à Bébé même si je dois l'avouer, savoir ce que l'auteur a prévu pour elle serait bien tentant...


Note : 8/10

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire