mardi 21 juin 2016

J'ai quelque chose à te dire d'Anne de Bourbon-Siciles


Je remercie LP Conseils pour ce service de presse !


Résumé :

Pour son deuxième roman, la princesse Anne de Boubon-Siciles s'est inspirée de ses souvenirs à New York et Istanbul, mais aussi du destin bouleversant d'une amie.

New York, 1970, Greta, 20 ans, fille d'un émigré autrichien, professeur à Columbia, et d'une Irlandaise, galeriste bohème, s'apprête à entrer à l'université. Elle rencontre alors John, issu d'une famille fortunée et promis à un brillant avenir politique.
Quoique très différents, ils se fiancent ; mais, quelques jours avant leur mariage, ils sont victimes d'un accident de la route. A son réveil, Greta apprend qu'elle ne pourra jamais avoir d'enfant. Quand à John... Il s'est volatilisé.

Pour Greta, tout est à recommencer. Elle découvrira l'effervescence de la vie parisienne, la violence de la passion sur les rives du Bosphore et la fausse quiétude des paysages du lac Léman.

J'ai quelque chose à te dire... Prisonnière d'un secret, Greta aura-t-elle le courage de s'en libérer ? Se déroulant sur quatre décennies et trois continents, cette fresque amoureuse offre le portrait d'une femme refusant un destin tout tracé.


Avis :

Greta est issue d'une famille démocrate américaine, avec un esprit un peu seventies, "Be cool". D'une mère catholique et d'un père juif, ils ont élevé leur unique enfant avec bienveillance, avec des valeurs de liberté et de droits.

Le premier amour de Greta... Son opposé, toute l'éducation que lui ont donné ses parents se trouve en son contraire avec ce jeune républicain, issu d'une "bonne famille" ; il est très superficiel, snob et ne partage pas en conséquence les mêmes valeurs morales que Greta. Malgré tout, elle va tout faire pour voir le bon côté de cet homme mais un terrible accident de la route va lui montrer son vrai visage. Elle va apprendre qu'elle est devenue stérile et ce dernier s'est volatilisé, sans aucune morale, il l'a laissé, abandonné...

Pour oublier sa peine, Greta se lance à corps perdu dans le travail ! Elle quitte les USA pour se rendre à Paris, capitale de la mode ! De là, elle fera la connaissance d'un prince qui n'en a que le titre ! Cette idylle se terminera mal elle aussi... A croire que cette pauvre Greta est maudite et n'a vraiment pas de chance en amour.

Greta s'envole ensuite pour Istanbul où elle y fera la connaissance de Sélim, un caricaturiste. Ce dernier est contraint de fuir son pays à cause des intégristes qui le menacent. Tous deux vivront une très belle histoire d'amour à Paris. Elle l'aime, elle va l'épouser et ils vivront tous deux un bonheur sans fin et sans limite jusqu'à ce que son corps, son esprit, sa vie ne lui appartiennent plus. Elle va devoir prendre une décision et ce n'est pas la plus facile qu'il soit...

Greta n'a pas eut une vie des plus agréables, elle a toujours vu que le bien chez les gens pour être à chaque fois déçus. Lorsqu'elle découvre enfin l'amour, le vrai, le beau, le pur, celui de Sélim ; il sera trop tard, elle ne pourra pas en jouir pleinement... La décision que prendra Greta marquera un tournant dans la vie de toux ceux qu'elle aime et de tous ceux qu'ils l'aiment...

L'histoire de Greta est triste, vraiment, l'auteur a su jouer avec la corde sensible. J'ai été très triste, en colère pour Greta, par ses choix, par ses déboires. J'avais vraiment espéré que tout finirait par s'arranger pour elle et quand cela arrive, l'auteur décide de la piquer une fois de plus dans sa chair déjà tellement meurtrie...

Ce roman n'est pas une histoire d'amour à l'eau de rose, Anne de Bourbon-Siciles nous montre au contraire qu'il faut se battre dans la vie pour son bonheur et qu'il ne faut pas lâcher prise.
Certains passages m'ont paru long mais je suis satisfaite dans l'ensemble de ma lecture. Je suis mitigée quand à la fin de cette histoire, je ne sais pas si je dois être heureuse pour Greta ou non... Ce qui me réchauffe le cœur c'est de savoir qu'elle aura connu au moins une fois le véritable amour et qu'on le lui a rendu parce qu'elle l'a bien mérité...


Note : 7/10

6 commentaires:

  1. D'un côté je n'aime pas les histoires à l'eau de rose, mais d'un autre, la fin risque de me déplaire de ce que j'en comprends ^^ en tout cas ton avis donne envie !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Kerry ! Au plaisir de lire d'avoir ton avis quand tu le liras ;)

      Supprimer
  2. Un roman qui pourrait me plaire, je note et regarde de plus près.

    RépondreSupprimer