jeudi 26 novembre 2015

La femme de papier de Françoise Rey

Je remercie Stéphane de la Musardine pour ce service de presse !


Résumé :

Alors que leur liaison s’endort, une femme a l’idée d’écrire à son amant un journal de bord de ses fantasmes. Jour après jour, ses lettres vont provoquer une renaissance, nourrissant de mille idées leurs jeux sexuels. S’ensuit une passion que nulle limite n’endigue hormis une seule règle : « Interdiction d’aimer ». 
Paru en 1989, alors que son auteure Françoise Rey, professeure dans le Beaujolais venait de traverser une grave crise personnelle, La Femme de papier a marqué l’histoire de la littérature érotique. C’est le premier texte dans lequel une femme affiche et signe de son nom, ouvertement, ses fantasmes et ses désirs sexuels. Le livre défraie alors la chronique, secouant tabous et conventions.

Françoise Rey est l’auteure de littérature érotique la plus reconnue en France. C’est à la suite d’une crise personnelle, en 1987, qu’elle a écrit La Femme de papier, premier roman à l’érotisme violent et souvent qualifié de sulfureux. 
Depuis, elle n’a cessé d’écrire autour du sexe et des femmes, à travers une trentaine d’ouvrages. Françoise Rey vit au Bois-d’Oingt, dans le Rhône. 

Édition enrichie de dessins d'Alex Varenne 
Entretien par Mathieu Bermann 
 
 
Avis :
 
Françoise Rey décide de coucher sur papier ses fantasmes les plus intimes, afin de les faire parvenir à son amant pour redonner un second souffle à leur couple. Entre désir de la chair et de l'imaginaire, elle s’engage dans une relation de plus en plus passionnée dans laquelle on ne doit jamais avouer son amour pour l'autre.
Chaque chapitre est dédié à un fantasme que notre héroïne transmet à son amant. Plus on avance dans les chapitres, plus ses fantasmes grandissent, et se font de moins en moins sages, ils deviennent de plus en plus "sauvage" tout comme les illustrations qui accompagnent le récit. Il est parfois difficile de distinguer le fantasme de la réalité mais en même temps, c'est normal avec un livre fantasmatique ! Hormis le détail du chaton, ce livre a été un véritable plaisir à découvrir ! J'aime les mots, j'aime le papier et elle le dit elle-même, elle est une femme de papier !
J'ai entendu beaucoup d'avis que ce soit en mal ou en bien et j'ai voulu me forger mon propre avis ! Et bien, j'ai beaucoup aimé lire les fantasmes de Françoise Rey qui a eut l'audace pour l'époque de les coucher sur papier. La préface et l’interview de l’auteur nous permettent d’en savoir plus sur ce roman qui est très personnel.
J’ai trouvé que ce journal intime avait un côté libérateur. J'ai eu l'impression que Françoise Rey c'est exorcisé de tous ces démons à travers ses mots qui ont une force incroyable et brute.
Le style est vraiment riche, mais je comprends mieux pourquoi certaines personnes n'ont pas aimé ce roman. Françoise Rey utilise un vocabulaire franc, pas de chichis avec elle ! Elle est direct  dans ses termes et c'est ce que j'ai apprécié d'ailleurs ainsi que ses métaphores, elles sont géniales.
"La femme de papier" se nourrit de plusieurs figures, réelles ou légendaires à portée érotique pour certaines et il n’est pas rare de voir se dessiner l’ombre du Marquis dans les épisodes les plus étranges. En même temps, une forme de pudeur est conservée jusqu’au bout : exposition des corps, secret des cœurs, un grand classique certes, mais incroyablement mis en scène !

Le but de La Musardine est de redonner les lettres de noblesse aux textes érotiques contemporains qui ont marqué leur époque, et d'en proposer des éditions soignées que l'on pourra être fier d'exhiber dans sa bibliothèque. Et bien, je peux vous dire, sans l'ombre d'un doute, qu'elle a réussi son pari avec brio ! La Musardine va dans une autre direction où actuellement, il y a beaucoup de publications érotiques de toutes sortes et le moins que l'on puisse dire, c'est que ça démarre très fort avec "La femme de papier" qui est un must à lire, à relire ou tout simplement à découvrir ! Je vais de ce pas lire, "La Pharmacienne" d'Esparbec.
 

Note : 9,5/10

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire